LE COLLECTIF DE SOUTIEN AU PEUPLE MAPUCHE FACE à la DECISION DE LA COUR SUPREME DU CHILI.

Publié le par Collectif Mapuche

 

http://a35.idata.over-blog.com/4/15/55/81/La-bastille-3-juin2011-010.jpg

Nous avons appris avec consternation et indignation la nouvelle du jugement rendu par la Cour Suprême du Chili qui vient de condamner à nouveau José Huenuche, Jonathan Huillical, Ramón Llanquileo et Héctor Llaitul, après qu’ils aient été mis hors de cause par le Tribunal militaire de Valdivia et plus récemment par la Cour d’Appel de Concepción.

 

La demande d’annulation du jugement de Cañete présentée par les défenseurs des Comuneros Mapuche n’a pas été examinée par la Cour Suprême dans les termes proposés, à savoir la reconnaissance des irrégularités du procès et les vices de procédure liés à l’utilisation de la maudite loi antiterroriste, comme le recours à des faux témoins, sans visage et protégés par le Ministère Public et les plaignants. La notion de procès régulier et celle du droit de la défense ont été violées de façon flagrante par les différentes instances judiciaires, et aujourd’hui par la Cour Suprême elle–même, la plus haute Cour de Justice du Chili.

 

La « réduction des peines » est en contradiction avec la demande de nullité du jugement oral de Cañete. La résolution adoptée présente un caractère éminemment politique et non judiciaire, se transformant de fait en un nouveau jugement avec une nouvelle condamnation de 14 et 8 ans pour les 4 comuneros, absolument incompatible avec l’éthique de la justice, et qui au contraire la dénature et donne d’elle une caricature insupportable et inadmissible dans un état de droit.

 

Le rejet total de cette nouvelle farce judiciaire amène les 4 condamnés à poursuivre la grève de la faim qu’ils mènent depuis 82 jours, avec le risque vital que cela implique, et qui n’a jamais été pris en considération par le gouvernement chilien, pas plus que par la justice d’exception chilienne.

 

Face à l’incompétence totale de la justice chilienne, démontrée depuis les temps dictatoriaux et aujourd’hui ratifiée par la Cour Suprême, les prisonniers politiques Mapuche se trouvent dans l’obligation d’en appeler à des instances étrangères pour exiger l’application du droit international. L’état chilien a été montré du doigt à plusieurs reprises pour avoir violé ces règles, bien qu’il ait signé et ratifié diverses conventions qui l’obligent à les respecter.

 http://a31.idata.over-blog.com/4/15/55/81/La-bastille-3-juin2011-007.jpg

La Cour Interaméricaine des Droits de l’Homme devra se prononcer et s’impliquer, ainsi que le demandent les Mapuche condamnés. Dans notre soutien solidaire au Peuple Mapuche, nous ne cesserons pas un instant d’interpeller toute instance internationale à notre portée, avec l’objectif de revendiquer la libération de tous les prisonniers politiques Mapuche et/ou d’exiger un jugement juste, exempt de tous intérêts politico-économiques de l’oligarchie locale et des entreprises multinationales qui ont été le fer de lance des accusations prononcées à l’encontre des Mapuche.

 


 

Nous nous sommes exprimés ce jour au centre de la Place de la Bastille, à Paris, avec une banderole réclamant la liberté pour les prisonniers politiques Mapuche en grève de la faim. Demain, nous serons devant le Parlement européen, la FIDH, Amnesty International, la LDH et bien d’autres. Nous ne désarmerons pas. La lutte continue !

                                                                                                                 http://a34.idata.over-blog.com/4/15/55/81/La-bastille-3-juin2011-012.jpg    

 

Paris, 4 juin 2011

 

Collectif de Soutien au Peuple Mapuche/France

 


E-mail : collectif.mapuche@yahoo.com                   

 Blog : http://collectif.mapuche.over-blog.com

Publié dans Communiqués

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article